La matière première : ce sont des déchets comme du papier, du carton, des tissus ou des végétaux.

Pour les végétaux, je commence par les cuire dans une solution basique. Puis, les fibres sont triturées, séparées, étirées et un peu coupées par la pile hollandaise. Une fois la pâte à papier prête, celle-ci est versée au fur et à mesure dans une cuve d'eau dans laquelle je plonge mes formes ("double cadre" dont celui du bas a un tamis) pour réaliser des feuilles. Les feuilles sont couchées une à une sur des feutres qui sont empilés. La pile de feutres et feuilles est pressée pour évacuer le plus gros de l'eau. Puis, les feuilles sont étendues pour sécher. Toutes les feuilles destinées à l'écriture, le dessin ou l'impression sont lissées grâce à une presse taille douce. Ce lissage rend le papier plus imperméable et plus agréable à l'écriture.

Majoritairement, les couleurs de mes papiers viennent de la couleur de la matière première. De temps à autres, je rajoute des pigments minéraux naturels pour colorer mes papiers.

Toute la papeterie est réalisée entièrement à la main. Je n'utilise que de la colle à la farine (locale et biologique).

pile hollandaise fabrication d'une feuille séchage séchage